portique_colonne_fr.gif
Retour au menu principal
Engagement...
L'équipe
Les Dalits et le Tamil Nadu
A propos du DACA
Le centre médical du Père Ceyrac
Des spécialistes...
Article de Josiane et Jean-Luc RACINE
 
Josiane et Jean-Luc RACINE
"De mon temps, il y avait l'école, mais mes parents n'ont pas pris la peine de m'y envoyer. Ils n'ont rien compris. Ils n'ont pas pensé à notre avenir: c'était la vie au jour le jour… S'ils nous avaient éduqués, on aurait gagné davantage d'argent, mais ils étaient ignorants. Quant à nous, on n'a eu qu'un fils. J'ai souhaité de tout mon cœur qu'il étudie. L'école de Karani, je m'en souviens bien! Je l'ai construite avec Anjalai, Pakkiam, Kannima, Managatti…

On était jeunes en ce temps-là. On a beaucoup ri, beaucoup chanté en écrasant la chaux, en portant les briques. On a travaillé sur le chantier jusqu'à la fin de la construction. J'espérais qu'un jour je mettrais mon fils dans cette école - je n'avais pas encore Anbin, alors. Et après sa naissance, sans rien dire à personne, j'ai mis de l'argent de côté pour lui acheter des habits neufs, et pour remplacer son cordon rouge à amulette par une chaîne en argent. Le jour de sa première rentrée, je lui ai mis une chemise et un short neufs, et je lui ai donné un plateau de bonbons et un autre de sucre candi pour offrir au maître.

C'était le Grand Vattiar, il venait tout juste d'être nommé. Anbin est resté trois ans avec lui, mais ensuite un nouveau maître est arrivé. Celui-là battait les enfants. Plusieurs fois Anbin a voulu arrêter, mais je l'ai toujours ramené à l'école (…)
Quand ma fille aînée a été mariée, plus personne ne pouvait garder les petits. J'ai dû retirer Anbin de l'école; c'est lui qui les promenait sur ses hanches quand j'étais au travail. Anjalai avait des enfants très jeunes. Elle a compris que j'étais désolée, et elle a proposé de garder aussi les miens pour qu'Anbin puisse aller en classe. Je lui ai donné du riz pour la remercier. Mais après j'ai dû moi aussi m'arrêter de travailler pour qu'Anbin puisse continuer. J'ai vraiment fait beaucoup de sacrifices pour l'éduquer, Sinnamma!"
Source:
VIRAMMA, Josiane et Jean-Luc Racine: Une vie paria. Le rire des asservis. Inde du Sud. Collection Terre Humaine, Plon-UNESCO, Paris 1995, pages 244-245
(version indienne: Viramma, Josiane Racine & Jean-Luc Racine: Viramma. Life of Dalit, Social Sciences Press, New Delhi, 2000

   Aller en haut de la page